Représentation Permanente de l'Albanie auprès du Conseil de l'Europe

Albana DautllariEn 2021, la CEB célèbre son 65ème anniversaire comme banque multilatérale de développement dotée d’un mandat exclusivement social et comptant pas moins de 42 membres. Quels sont les avantages d’une adhésion à la CEB du point de vue de votre pays ? 

Je me réjouis de participer à cette série d’entretiens dans le cadre du 65ème anniversaire de la CEB, et de constater que la Banque est encore plus solide aujourd’hui.

L’Albanie a rejoint la Banque de Développement du Conseil de l’Europe le 24 juin 1999. Depuis lors, notre coopération n’a fait que se renforcer et la Banque s’est avérée être un outil important en matière de cohésion sociale et de renforcement de l’intégration sociale grâce aux projets qu’elle finance. Les financements accordés par la CEB sous forme de prêts ou de dons à l’appui d’investissements dans les domaines du logement social, de la santé, de la revitalisation rurale et urbaine et du tourisme durable, ont eu un impact réel dans ces domaines.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de la coopération entre la CEB et votre pays que vous considérez comme particulièrement significatifs ?

Je tiens à féliciter la Banque pour sa réponse rapide et efficace à la crise du Covid-19 et pour l’excellente coopération entre la CEB et ses États membres, tout comme pour le grand nombre de nouveaux projets approuvés en faveur des pays du groupe cible, dont le mien.  Ce sont là de très bons indicateurs et d’importantes réalisations, qui montrent que la Banque fait partie intégrante de la réussite du Conseil de l’Europe dans son ensemble.

La Banque a toujours été là lorsque c’était nécessaire, y compris dans des moments difficiles pour mon pays, comme ce fut le cas après le tremblement de terre dévastateur de novembre 2019. La Banque a ainsi été l’une des premières institutions financières à se rendre sur place, se déclarant prête à apporter un soutien financier, et lors de cette visite, le Premier ministre Edi Rama a surnommé la CEB "La Banque qui a du cœur", en ayant à l’esprit sa dimension sociale et solidaire.

À cette occasion, je suis heureuse de vous informer que le don accordé par la Banque a permis de revoir la conception de 41 écoles et jardins d’enfants endommagés par le tremblement de terre. La Banque a également participé à la Conférence des donateurs du 17 février 2020 à Bruxelles, où elle s’est engagée à poursuivre son aide si nécessaire.

En se projetant dans l’avenir, comment la CEB pourrait-elle aider au mieux votre pays à promouvoir la cohésion sociale et un développement durable qui ne laisse personne de côté ?

En effet, la pandémie a rendu nos vies plus compliquées et la tâche des gouvernements et des organisations internationales plus difficile lorsqu’il s’agit d’atteindre des résultats, mais notre Banque a prouvé son efficacité et sa capacité à relever les défis en temps voulu.

Pour que la Banque atteigne ses objectifs, il est important, à mon sens, de se concentrer davantage sur les pays du groupe cible et les régions vulnérables, et de poursuivre les projets en cours et approuvés, conformément à son Plan de développement à moyen terme. La prise en compte des Objectifs de Développement Durable dans ce Plan montre également que la Banque travaille en collaboration avec d’autres acteurs afin d’obtenir les meilleurs résultats et d’éviter tout double emploi.

La Banque joue et devrait continuer à jouer un rôle plus important lorsqu’il s’agit d’aider ses États membres à mettre en œuvre les recommandations du dispositif de suivi du Conseil de l’Europe. À cet égard, la Banque devrait continuer à faire connaître les possibilités qu’elle offre, en coopération et en coordination avec les autres organes du Conseil de l’Europe.

En conclusion, je suis convaincue que la CEB continuera à l’avenir de remplir son mandat social, malgré les crises auxquelles l’Europe et le monde sont confrontés.