La banque de développement social pour l’Europe

Actualités

La CEB contribue à promouvoir une nouvelle vision de l'éducation en Seine-Saint-Denis, France

18 octobre 2019

Paris - La Banque de Développement du Conseil de l'Europe (CEB) a réuni des responsables du Département de la Seine-Saint-Denis, des représentants du ministère de l'Éducation nationale en France et de l'Académie de Créteil, ainsi que plusieurs directeurs d'établissement (responsables de collège) et spécialistes de l'éducation de l'OCDE, de l'UNESCO et de la BEI, afin d’examiner les conclusions d’une revue qu’elle a effectuée sur les récents investissements réalisés en Seine-Saint-Denis dans les infrastructures éducatives. La CEB a soutenu ces investissements au moyen d’un prêt de 200 millions d'euros, approuvé en juin 2014.

Rosa María SÁNCHEZ-YEBRA ALONSO, Vice-Gouverneur de la CEB, a présidé la réunion. Elle a replacé les investissements financés par la CEB en Seine-Saint-Denis dans le contexte plus large de l'engagement de la Banque en faveur de la modernisation du secteur de l'éducation en Europe, qui s'élève à plus de 7 milliards d'euros depuis sa création. Elle a également précisé le rôle important des revues thématiques - une initiative récente de la Banque - pour enrichir le socle de connaissances mettant en relation les investissements dans les infrastructures d’éducation et les résultats d’apprentissage, et ainsi faire en sorte que la CEB investisse dans des projets qui ont des effets sociaux élevés, conformément à son mandat.

Les conclusions du rapport - publié sur le site Internet du CEB sous l’intitulé Conception d’établissements scolaires et d’espaces d'apprentissage en Seine-Saint-Denis (France) - portent sur plusieurs établissements inscrits au Plan exceptionnel d’investissement (2010-2015) et au Plan Ambition Collèges (2015-2020), deux plans d'investissement d’un montant total de 1,3 milliard d’euros consacré à la modernisation, à la rénovation et à la construction de collèges.

Le rapport reconnaît l'excellente qualité des travaux de construction et de modernisation, des équipements informatiques et pédagogiques utilisés, des installations sportives et de restauration, et apprécie le soin apporté à l'accès des élèves handicapés. Il suggère également quelques ajustements susceptibles, à l’avenir, d’être apportés à la conception, et plusieurs pistes pour s'assurer qu’enseignants et collégiens tirent pleinement parti du potentiel pédagogique des espaces novateurs déjà disponibles. Les centres de connaissances et de culture qui existent aujourd'hui dans chaque nouveau bâtiment offrent des espaces d'apprentissage de différentes tailles, intègrent la transparence et sont riches en ressources technologiques. Ils offrent déjà un environnement d'apprentissage novateur qui sert les modes d'apprentissage individuels des élèves et les différents objectifs pédagogiques, tout en facilitant les interactions sociales.

Emmanuel CONSTANT, Vice-président du Département de la Seine-Saint-Denis en charge de l'éducation, a remercié la CEB pour le soutien financier apporté au programme d'investissement du Département, ainsi que pour la perspective critique et constructive offerte par une telle revue, qui doit permettre d'améliorer et de renforcer les investissements existants et à venir. Outre l’impact direct sur l’environnement des enseignants et des élèves, il a également mis l'accent sur l’apport des nouveaux collèges à l’ensemble de la collectivité, lorsqu’ils se substituent à des sites industriels en friche pour mieux redessiner le paysage urbain.

Frédéric CORRIOL, Directeur adjoint du Département de l'éducation et de la jeunesse, a présenté l'ensemble du programme d'investissement et les prochaines étapes, en faisant du reste référence aux suggestions formulées dans le rapport de la CEB. Des principaux de collèges figurant dans ce rapport, ont quant à eux évoqué le défi posé par un taux élevé de rotation du personnel dans les établissements qu'ils dirigent, et le besoin de ressources et de programmes pour former les enseignants à bien exploiter ces nouveaux espaces et pratiques pédagogiques modernes. Ils ont également donné des exemples de transformations de leur environnement scolaire, qui ont été rendues possibles par des infrastructures renouvelées, et accueilli favorablement l'idée que les enseignants soient activement impliqués dans la modernisation de leurs établissements.

Sidi SOILMI, Directeur de projet responsable de la cellule bâti scolaire, et Yves BEAUVOIS, Chef du bureau de la formation professionnelle continue au sein du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, ont trouvé le rapport et le débat opportuns et utiles pour nourrir certaines des initiatives du ministère en cours de préparation, qui seront mises en œuvre très prochainement, afin d'améliorer la conception des infrastructures scolaires en France et les possibilités offertes aux enseignants d’améliorer en permanence leurs connaissances et leurs compétences.

***

CONTEXTE

Le Département de la Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis est l'un des départements les plus densément peuplés et les plus diversifiés socialement en France. Il a connu une croissance démographique moyenne de près de 1 % au cours des deux dernières décennies, dont une augmentation au total de sa population de 8,7 % au cours des huit dernières années. On estime qu'il y aura 1 855 000 habitants en 2050, soit une croissance de 19,5 % depuis 2013. Près d'un quart des enfants de Seine-Saint-Denis (23%) vivent dans des familles monoparentales, dont 34,1% en dessous du seuil de pauvreté, et le Département connaît des taux de chômage élevés - 11,9% en 2017 contre 9,4% pour la France ; et 21% pour les 15-24 ans (contre 15,9% en moyenne en Ile-de-France).

Le rapport

La revue thématique des investissements de Seine-Saint-Denis a été préparée par Yael DUTHILLEUL (Conseiller technique en éducation, CEB) en collaboration avec Raffaella CARRO (Chercheur en éducation, Institut national italien de documentation, innovation et recherche en éducation), Reino TAPANININEN (Architecte en chef, Agence nationale finlandaise pour l'éducation) et Kristina MASLAUSKAITE (Économiste, CEB). 

Environnements d'apprentissage innovants

Le concept est associé à une nouvelle vision de l'éducation fondée sur la création d'un continuum d'apprentissage ou d'un environnement global d'apprentissage. Il s'éloigne des salles de classe traditionnelles avec des rangées de bureaux, des tableaux et un ensemble d'intervalles finis (classes) pour l'étude dirigée par l'enseignant. Outre le fait qu'ils favorisent la réussite scolaire, les nouveaux environnements visent à faciliter l'appropriation de l'espace scolaire par les élèves et leurs familles et à contribuer ainsi à la création d'une communauté plus large axée sur l'école.

Fondée en 1956, la CEB (Banque de Développement du Conseil de l'Europe) compte 41 États membres, dont 22 pays d'Europe centrale, orientale et du Sud-Est formant les pays cibles de la Banque. En tant qu'instrument majeur de la politique de solidarité en Europe, la Banque finance des projets sociaux en mettant à leur disposition des ressources levées dans des conditions reflétant la qualité de sa notation (AA+ auprès de Fitch Ratings, perspective positive, AAA auprès de Standard & Poor's, perspective stable et Aa1 auprès de Moody's, perspective stable). Elle accorde des prêts à ses États membres, à des établissements financiers et à des autorités locales pour le financement de projets dans le secteur social, conformément à son Statut.

Contact
Secteur associé
Publications associées
  • SSD Thematic Review couverture
    Conception d’établissements scolaires et d’espaces d’apprentissage en Seine-Saint-Denis, France
    Principaux enseignements tirés de l’analyse des investissements dans les infrastructures d’éducation du Département de la Seine-Saint-Denis. Conclusions et recommandations de la Direction de la Préparation & Suivi Techniques de la CEB. Publié: octobre 2019 Télécharger