La banque du développement social en Europe

Actualités

France : la CEB approuve un prêt de 200 millions d’euros destiné à soutenir des infrastructures d’éducation inclusives en Seine-Saint-Denis

24 mars 2020

PARIS - La Banque de Développement du Conseil de l’Europe (CEB) a approuvé un prêt d’un montant de200 millions d’euros pour accompagner le Département de la Seine-Saint-Denis dans la mise en œuvre de son Plan pluriannuel d’investissement Collèges 2025.

Située au nord de Paris, la Seine-Saint-Denis a une population marquée par de multiples vulnérabilités. 29% de ses habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté et près de 40% résident dans des quartiers défavorisés . Près de 23% des enfants vivent dans des familles monoparentales et 40% d’entre eux sont élevés par une personne sans instruction. En outre, environ 44% des élèves du secondaire ont des parents issus de l’immigration.

Comme la population est confrontée à de graves difficultés économiques, familiales et culturelles, les enfants en âge d’aller à l’école en Seine-Saint-Denis présentent un risque élevé d’échec scolaire. La politique en matière d’éducation est donc une priorité majeure pour le Département, qui s’attache notamment à faciliter la future insertion sociale et professionnelle des élèves du secondaire.

Le projet financé par la CEB répond aux efforts continus du Département pour améliorer la qualité de l’enseignement secondaire, et s’appuie sur un précédent prêt de la CEB de 200 millions d’euros approuvé en 2014, qui a été mis en œuvre avec succès. Plus précisément, le projet prévoit la construction, la rénovation, l’entretien et la modernisation de 68 collèges publics, d’un internat, de deux gymnases, d’une cuisine centrale et de divers équipements, dont des équipements informatiques. Ces investissements permettront d’offrir de meilleures conditions d’apprentissage et de travail aux élèves et à la communauté éducative en général, et d’améliorer la sécurité et l’accessibilité de ces installations pour les personnes à mobilité réduite.

Par ailleurs, les travaux de construction et de rénovation à réaliser seront conformes aux “normes de Haute Qualité Environnementale” françaises et un grand nombre de bâtiments à réhabiliter seront également rénovés afin d’accroître leur efficacité énergétique. On estime que la consommation d’énergie des locaux à réhabiliter diminuera de 25%.

Le Gouverneur de la CEB, Rolf Wenzel, a déclaré : “Les investissements dans les infrastructures scolaires ont toujours été une priorité pour la CEB et pour cause, étant donné l’importance du secteur de l’éducation dans le renforcement de la cohésion sociale. En plus d’avoir, à ce jour, accordé des financements à hauteur de 7 milliards d’euros dans ce secteur, la Banque travaille avec ses partenaires pour identifier des moyens innovants de relier les investissements dans les infrastructures scolaires aux résultats d’apprentissage et garantir la durabilité environnementale de ces investissements. Nous sommes heureux de continuer à travailler avec le Département de la Seine-Saint-Denis et de contribuer à la mise en place d’environnements d’apprentissage plus inclusifs, innovants et résilients face au changement climatique, au bénéfice des plus vulnérables”.

***

La France est un membre fondateur de la CEB. Depuis 1956, la Banque a joué un rôle essentiel dans le financement de près de 3 milliards d’euros en faveur d’un large éventail d’investissements sociaux, allant de l’amélioration des infrastructures publiques et des centres de recherche de pointe au soutien des TPE-PME. La France contribue également aux ressources de la CEB sous forme de dons. Le Gouvernement français a ainsi versé 3 millions d’euros au Fonds pour les migrants et les réfugiés (MRF) de la CEB, un mécanisme de dons créé en octobre 2015 pour aider ses États membres à faire face à la crise des migrants et des réfugiés.

Fondée en 1956, la CEB (Banque de Développement du Conseil de l'Europe) compte 41 États membres, dont 22 pays d'Europe centrale, orientale et du Sud-Est formant les pays cibles de la Banque. En tant qu'instrument majeur de la politique de solidarité en Europe, la Banque finance des projets sociaux en mettant à leur disposition des ressources levées dans des conditions reflétant la qualité de sa notation (AA+ auprès de Fitch Ratings, perspective positive, AAA auprès de Standard & Poor's, perspective stable et Aa1 auprès de Moody's, perspective stable). Elle accorde des prêts à ses États membres, à des établissements financiers et à des autorités locales pour le financement de projets dans le secteur social, conformément à son Statut.

Secteur associé
Pays concerné