La banque du développement social en Europe

Actualités

Réunion du Conseil de direction Approbation des comptes de l’exercice 2008

7 avril 2009

PARIS - Le Conseil de direction a approuvé ce jour les comptes 2008 de la Banque de développement du Conseil de l’Europe (CEB). Le Rapport du Gouverneur, M. Raphaël ALOMAR, sera donc publié dans les prochains jours. Au cours de l’exercice 2008, alors que la crise financière et économique s’est aggravée, la CEB a intensifié sa contribution en faveur de la cohésion sociale au service de la solidarité en Europe, forte de la confiance de ses États membres, en dialogue étroit avec le Conseil de l’Europe et en coordination avec ses partenaires internationaux.

En dépit des profondes turbulences des marchés financiers, les résultats nets de la CEB se sont maintenus à un niveau élevé et ressortent à € 95,8 millions (+2,7% par rapport à 2007). Ces résultats confortent la stricte politique prudentielle menée depuis plusieurs années. Ceci permet à la CEB de mobiliser aujourd'hui tous ses moyens pour accomplir pleinement son mandat social dans la crise actuelle, notamment vers les pays qui en ont le plus besoin.

Au cours de l’année 2008, 39 nouveaux projets ont été approuvés pour un total de € 1 861 millions, montant légèrement inférieur à celui de 2007. L’accroissement de l’activité en faveur du groupe des 21 pays cibles d’Europe centrale et du sud-est s’est poursuivi avec l’approbation de 27 projets représentant plus de € 1,2 milliard. Les nouveaux engagements signés se sont élevés à près de € 2 milliards dont 65% en faveur du groupe cible.

Le volume global des décaissements de l’année a été maintenu à € 1,5 milliard, portant l’encours de prêts à plus de € 12 milliards en fin d’exercice. Illustration des efforts de la Banque en termes d’identification et de préparation des projets dans le groupe des pays cibles, notamment en période de crise, 70% du total des décaissements de l’année concerne ce groupe de pays, soit un montant de € 1 059 millions (+58% de hausse par rapport à 2007). Cet effort très important n’a pas entamé la qualité du portefeuille de prêts de la CEB et donc son profil de risques : grâce à une politique active de garantie et de rehaussement de crédit, les contreparties assorties d’une notation "investment grade" représentent près de 90% du portefeuille.

La distribution de l’activité de prêts s’est opérée selon les trois lignes d’action sectorielle de la CEB : 65% pour le renforcement de l’intégration sociale, 17% pour la gestion de l’environnement et 18% pour le développement du capital humain. Les décaissements de la CEB ont été répartis entre 24 de ses États membres, 70% du montant des prêts décaissés se situant dans les pays du groupe cible.

Réunion du Conseil de direction Approbation des comptes de l’exercice 2008L’année 2008 a également été marquée par la publication du rapport du Comité de personnes éminentes intitulé "Revue stratégique de la CEB : contribuer à une Europe de la cohésion sociale et du développement durable au XXIème siècle" (rapport désormais disponible sur le site Internet de la Banque). La mise en œuvre des recommandations du Comité de personnes éminentes qui a bénéficié des contributions de M. Iglesias, ancien Président de la Banque interaméricaine de développement, et de M. Sigurðsson, ancien Président de la Nordic Investment Bank, ainsi que des conseils de M. de Larosière, ancien Directeur général du FMI et ancien Président de la BERD, pourrait permettre à la Banque de renforcer encore son efficacité en simplifiant sa gouvernance.