La banque du développement social en Europe

À l’avant-garde du savoir et de l’inclusion

La Finlande a beau être reconnue à l’échelle mondiale pour la qualité de son système éducatif, des réformes ont été récemment menées pour élever encore davantage le niveau de compétence, d’expertise et d’enseignement afin de l’adapter à l’évolution de la société et aux défis de la mondialisation. Pour élargir les possibilités offertes aux jeunes, la CEB finance des projets dans le domaine de l’éducation dans plusieurs villes phares.

finland-education-story.jpgL’engagement en faveur de l’éducation et du bien-être des enfants est profondément ancré dans la culture finlandaise. L’éducation de base est gratuite et les écoles finlandaises ne se contentent pas d’instruire les élèves : elles offrent un repas chaud à chacun d’entre eux, des soins de santé et dentaires ainsi qu’un vaste éventail de services aux enfants et à leurs familles qui n’ont rien à débourser. Si l’établissement se trouve loin de chez eux, les élèves bénéficient en outre d’un service de transport scolaire gratuit.

En 1972, la Finlande a réformé en profondeur son système scolaire et mis en place des écoles polyvalentes sous forme d’établissements rassemblant des enfants de tous milieux et de tout niveau de compétences, âgés de 7 à 16 ans. À l’origine de la création de ces écoles, la conviction selon laquelle tous les enfants pouvaient atteindre un niveau élevé d’étude, le contexte familial ou le fait de vivre dans un endroit isolé ne devant pas limiter les possibilités d’éducation offertes aux jeunes. Cette vision d’une société plus équitable et inclusive a ainsi été au cœur de la réforme du système scolaire menée à cette époque.

"Ce que la Finlande a entrepris il y a 40 ans était assez radical. 

L’ambition majeure était d’offrir les mêmes chances à tous les enfants, quel que soit leur milieu d’origine" explique Marjo Kyllönen, directrice des Services de développement pédagogique de la ville d’Helsinki, dans une récente conférence TED intitulée Redesigning education for the future (Repenser l’éducation pour l’avenir).  

Une période de changements

Le système scolaire finlandais est une vraie réussite comme l’attestent, entre autres, les excellents résultats obtenus dans toutes les matières évaluées par le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l’OCDE.

"L’éducation revêt une importance primordiale en Finlande : à l’échelle de la planète, nous sommes éloignés et possédons peu de ressources naturelles. 

Par conséquent, l’éducation est notre seul moyen de réussir dans le monde d’aujourd’hui", explique Ilkka Kalo, directeur de l’enseignement fondamental de la ville de Vantaa.

Néanmoins, la société finlandaise fait face à des évolutions majeures, qui influencent également le contexte d’éducation et d’apprentissage. Les villes finlandaises deviennent de plus en plus internationales et multiculturelles, et des tendances démographiques telles que l’urbanisation et l’immigration mettent à rude épreuve la capacité des écoles à faire face à l’accroissement de la population.

La part des élèves issus de l’immigration est en hausse constante. Ces dix dernières années, elle a plus que doublé dans la capitale, Helsinki, et devrait atteindre près de 25% d’ici 2030. À Vantaa, qui fait partie de l’agglomération d’Helsinki, certaines écoles accueillent jusqu’à 50% d’élèves nés à l’étranger et leur nombre continue d’augmenter. On observe également cette tendance dans d’autres grandes villes comme Tampere et Espoo.

Cette croissance démographique se traduit par une augmentation des demandes d’inscription scolaire, qui dépassent les capacités actuelles. En outre, le problème est aggravé par la dégradation des infrastructures existantes et par la baisse des dépenses en matière d’éducation suite à la crise de 2008. À Helsinki, par exemple, près de la moitié des écoles ont besoin d’être rénovées, car la plupart ont été construites dans les années 1970 lors d’une période d’exode rural. Bon nombre de ces établissements présentent de graves problèmes de qualité de l’air à l’intérieur, ce qui peut porter atteinte à la santé des élèves et des enseignants.  

Partenariat avec la CEB

Le système finlandais étant décentralisé, la mise en place de l’offre scolaire incombe à 311 municipalités différentes, tandis que le Ministère de l’Éducation établit un cadre national qui définit la politique éducative. Les municipalités financent les écoles à hauteur de 75% environ, le reste est assuré par le gouvernement. Près de 99% des écoles fondamentales sont financées par le secteur public ; il existe peu d’écoles privées.

Les communes finlandaises ont à cœur d’offrir à tous les enfants un enseignement qui leur permette d’acquérir des compétences essentielles tout en respectant leur dignité et en leur donnant le sentiment d’être pleinement intégrés à la société. Cette volonté nécessite un investissement massif dans l’éducation et la CEB s’est avérée être un partenaire fiable, capable de fournir un financement pérenne.

Ces dernières années, la CEB a collaboré avec certaines des villes et régions finlandaises les plus peuplées, notamment Helsinki, Vantaa, Tampere et Espoo, principalement pour financer des projets liés à l’éducation. Depuis 2013, la CEB a approuvé des prêts à hauteur de € 310 millions visant à financer la construction, la rénovation et la modernisation de crèches et de garderies, des écoles polyvalentes, des établissements secondaires et d’enseignement professionnel dans ces quatre communes qui rassemblent 1,3 million d’habitants.

Les ambitieux programmes d’investissement mis en place par les municipalités contribuent à relever les défis de l’urbanisation en réduisant la pression subie par les établissements existants et en permettant de répondre aux demandes croissantes d’inscription. Ils créent également des établissements plus sûrs et plus sains pour les élèves et les enseignants.

"Il est particulièrement important de garantir des investissements publics de qualité afin de soutenir les zones les plus confrontées au risque de marginalisation ; à cet égard, la Banque de développement du Conseil de l’Europe a été d’un appui et d’une aide considérables pour la ville de Vantaa. Cette aide a été essentielle pour nous permettre de mener à bien des projets indispensables de construction d’écoles", indique Ilkka Kalo.

Une nouvelle vision de l’apprentissage

finland-school-bis.jpgLes investissements de la CEB dans le secteur de l’éducation ne visent pas uniquement à faire en sorte que les écoles aient les capacités d’accueillir tous les enfants finlandais, quelle que soit leur origine. Le soutien financier qui est apporté aide également les municipalités à mettre en œuvre la réforme de l’éducation que le pays a entreprise. En 2016, la Finlande a en effet adopté un nouveau programme axé sur la nécessité d’améliorer en permanence le système scolaire afin de l’adapter aux évolutions du monde.

"Nous nous trouvons actuellement à un tournant sur le plan éducatif, alors que de nouveaux programmes sont mis en place dans le pays. 

La “nouvelle pédagogie” est un nouveau concept éducatif dont les termes clés sont les compétences "transférables", le rôle actif de l’élève, l’apprentissage collectif et la construction du savoir. Pour les enseignants comme pour les élèves, cela suppose de changer radicalement la culture traditionnelle de l’apprentissage ; nous avons besoin de nouveaux environnements d’apprentissage pour mettre en œuvre la réforme", explique Ilkka Kalo.  

Apprendre partout

La Finlande est l’un des premiers pays à inscrire explicitement dans ses principaux directeurs nationaux la nécessité pour les écoles de repenser pourquoi, où et comment apprendre. Ces réflexions reposent sur l’idée que l’apprentissage est indissociable de l’environnement physique et qu’il ne se fait pas uniquement en classe, mais aussi au sein de tout l’établissement scolaire et dans son environnement proche.

Avec l’aide de la CEB, les municipalités construisent non seulement de nouvelles écoles, mais surtout de meilleurs établissements, qui tirent parti de concepts novateurs pour stimuler l’apprentissage.

Les couloirs, les halls et les escaliers sont conçus de manière à faire partie du processus d’apprentissage. Ils disposent de coussins, de tables et de tentes de lecture qui favorisent les échanges entre les enfants ou offrent un espace pour des projets spéciaux.

Cet environnement se veut modulable : des cloisons coulissantes peuvent être déployées pour créer des zones d’apprentissage de tailles différentes et le mobilier peut être déplacé. Ces classes innovantes permettent d’expérimenter de nouvelles manières d’apprendre, qui mettent l’accent sur la collaboration.

La Finlande et la CEB

  • € 310 millions

    de prêts approuvés par la CEB à la Finlande pour des projets en faveur de l’éducation depuis 2013

Secteurs
Pays concernés