La banque du développement social en Europe

"Pour réussir, les jeunes ont besoin que nous investissions massivement dans l’éducation"

La Banque de Développement du Conseil de l'Europe (CEB) et le département de la Seine-Saint-Denis ont signé un accord de prêt d'un montant de 200 millions d'euros pour des investissements pluriannuels en faveur de l'éducation. Ce prêt direct à une collectivité locale en France a été une première pour la CEB. Info a rencontré Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, pour en savoir plus sur les initiatives ambitieuses de ce département en faveur de la jeunesse.

Stephane TrousselINFO : Le département de la Seine-Saint-Denis est à la fois le plus jeune de France et l’un des plus frappés par les difficultés économiques et sociales. Comment le département fait-il face à ces défis ?  

ST : La Seine-Saint-Denis est un département de contrastes qui doit faire face à des difficultés économiques et sociales, mais qui bouillonne d’initiatives. Déjà aujourd’hui, et demain plus encore avec l’accueil des JOP de 2024, la Seine-Saint-Denis est le territoire le plus dynamique du Grand Paris. 

La jeunesse de la Seine-Saint-Denis, cela doit être une chance, une force et un atout. Mais pour réussir, les jeunes ont besoin que nous investissions massivement dans l’éducation. 

C’est la priorité N° 1 du Département depuis plusieurs années. 

INFO : Vous avez lancez un programme ambitieux nommé  "Plan ambition collèges 2020". Quels sont les buts de cette initiative ?

ST : En investissant 640 millions d’euros d’ici 2020, nous voulons d’offrir aux élèves de Seine-Saint-Denis les meilleures conditions d’études. Nous avons prévu de construire 8 nouveaux collèges et d’en rénover profondément plus de 80 autres. L’autre enjeu sur lequel nous avons également voulu mettre l’accent, c’est l’équipement numérique des établissements (raccordement au très haut débit, matériel numérique collectif et individuel), pour que les jeunes en maîtrisent les techniques et les usages.

INFO : La CEB et le département de la Seine-Saint-Denis ont signé un accord de prêt d'un montant de 200 millions d'euros pour des investissements pluriannuels en faveur de l'éducation et de la famille. Comment évalueriez-vous la collaboration avec la CEB ?

ST : Compte tenu de nos contraintes budgétaires, la collaboration avec la CEB a été essentielle pour nous permettre de sécuriser financièrement nos grands plans d’investissements dans l’éducation ou dans nos crèches. 

Avec la CEB, nous avons un interlocuteur qui est à l’écoute de nos besoins et qui est en mesure de comprendre les logiques d’intérêt général que nous portons dans nos investissements. 

C’est un partenariat de qualité que je souhaite pouvoir développer et poursuivre.

Secteurs
Pays concernés