La durabilité environnementale, une priorité pour l'inclusion sociale

Parmi les actions importantes menées par la CEB dans le domaine de l’environnement en 2022, on peut citer des prêts pour des logements à haute efficacité énergétique, le financement d’initiatives urbaines et rurales, et des projets visant à renforcer la résilience en préparant et protégeant les personnes en cas de catastrophes naturelles.

La CEB s’efforce de maintenir l’empreinte environnementale de ses investissements sociaux au plus bas niveau possible. Cet effort est important pour notre planète, et la Banque estime également qu’inclusion sociale et progrès environnemental, notamment l’action climatique, vont de pair et peuvent se renforcer mutuellement. La Banque joue un rôle de plus en plus important pour favoriser la transition verte, notamment grâce à ses tests de conformité rigoureux pour l’approbation des prêts et des dons, ainsi qu’à son expertise croissante en matière de climat. Le travail de la CEB se situe au croisement des efforts sociaux et environnementaux, deux actions complémentaires : de même que la durabilité environnementale est indispensable au bien-être et à la subsistance des personnes, et plus généralement à la cohésion sociale, une action climatique efficace dépend de la mobilisation de toutes les communautés, y compris les plus vulnérables.

Page_24_green_energyParmi les actions importantes menées par la CEB dans le domaine de l’environnement en 2022, on peut citer des prêts pour des logements à haute efficacité énergétique, le financement d’initiatives urbaines et rurales, et des projets visant à renforcer la résilience en préparant et protégeant les personnes en cas de catastrophes naturelles, notamment climatiques. Au moyen d’un nouveau processus de sélection pour tous les prêts d’investissement direct, la Banque a fait de nouveaux progrès pour veiller à ce que la durabilité environnementale constitue un critère central de tous les investissements sociaux, et que les projets s’inscrivent dans les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

Les fonds de la CEB devraient bénéficier 20 millions d’habitants, et contribueront à améliorer la réactivité face aux catastrophes.

Investir dans la résilience environnementale

Page_25_IlbankRenforcer les capacités de la Türkiye au niveau local pour améliorer sa préparation aux feux de forêt et autres catastrophes naturelles, comme les sécheresses ou les inondations, dans le cadre d’efforts d’adaptation au changement climatique : tel est le principal objectif de ce mécanisme de financement public de la CEB en faveur d’Iller Bankasi AS (ILBANK), la banque de développement et d’investissement municipal de Türkiye, pour un montant de 200 millions d’euros.[1] Le prêt constitue une réponse aux grands feux de forêt (environ 275) qui ont ravagé des parties entières du pays en juillet et août 2021, et carbonisé plus de 200 000 hectares de terre (plus de 1 200 km2, soit les trois quarts de la surface du Luxembourg). Les feux de forêt ont coûté la vie à huit personnes et forcé l’évacuation de 100 000 autres. Parmi les pires incendies de l’histoire du pays, ils ont eu des effets dévastateurs sur le climat et la biodiversité.

Ce prêt, qui bénéficie d’une garantie totale du gouvernement et durera jusqu’en 2026, marque la première collaboration entre la CEB et ILBANK. Si les feux de forêt sont à l’origine du prêt, les fonds aideront également la dizaine de municipalités les plus touchées par les incendies à faire face aux catastrophes naturelles de manière plus générale. En effet, la Türkiye est exposée à plusieurs risques géologiques et hydrométéorologiques, tels que les inondations et les séismes. Les fonds de la CEB devraient bénéficier à près de 20 millions d’habitants, et contribueront à améliorer la réactivité face aux catastrophes, à renforcer les capacités matérielles et les infrastructures critiques, face aux crues soudaines par exemple, et à améliorer la sensibilisation du public. La première étape consistera à évaluer les capacités de lutte contre les incendies, notamment les équipements, technologies et systèmes d’alerte, ainsi que les bâtiments et véhicules, ce qui permettra à ILBANK de fixer des priorités d’investissement. L’objectif global consiste à instaurer une approche proactive de gestion des risques d’évènements climatiques, qui seront probablement de plus en plus fréquents.

[1] Un séisme violent a touché la Türkiye et la Syrie le 6 février 2023, causant de nombreux morts et d’importantes destructions. Le Gouverneur de la CEB, Carlo Monticelli, a fait une déclaration pour exprimer sa tristesse et sa solidarité, en rappelant que la CEB se tenait prête à fournir une assistance d’urgence afin de contribuer à atténuer les conséquences de cette catastrophe.

Vers l’efficacité énergétique et l’action climatique dans les logements

Page_26_SBCe prêt de 40 millions d’euros de la CEB soutiendra les efforts de la Lituanie pour améliorer l’efficacité énergétique des immeubles d’habitation, notamment ceux construits avant 1993, lorsque les normes d’isolation, de chauffage et de ventilation étaient moins exigeantes qu’aujourd’hui. Les logements représentent 40% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, principalement générées par le chauffage, l’éclairage et la consommation énergétique en général. Il est par conséquent capital d’améliorer l’efficacité énergétique des immeubles, anciens comme récents, pour réduire les coûts de fonctionnement en période de forte inflation, et contribuer à atténuer le changement climatique et s’y adapter.

Parmi les 39 000 immeubles d’habitation composés de quelque 800 000 appartements en Lituanie, approximativement 90% ne sont plus conformes aux normes actuelles. La quasi-totalité des appartements sont des propriétés privées, seuls 3% d’entre eux relèvent du parc municipal. En 2020, le gouvernement lituanien a noué un partenariat avec Šiaulių Bankas pour créer une plateforme d’investissement permettant de tirer parti des fonds de l’Union européenne et d’attirer des financements pour la rénovation des immeubles d’habitation du pays. Cette plateforme, “SB modernizavimo fondas” a permis de lever environ 275 millions d’euros jusqu’en 2025 auprès d’institutions financières et d’autres investisseurs. D’ici fin 2025, il est prévu de rénover au moins 800 immeubles d’habitation abritant plus de 25 000 ménages. Le financement de la CEB couvrira une partie de ces investissements de rénovation ayant des effets sociaux et environnementaux positifs, et générant des économies d’énergie d’environ 40%.

Soutenir la longue reconstruction après un séisme

En Italie également, les prêts de la CEB aident un État membre à gérer les conséquences de catastrophes naturelles. Une partie du pays (environ 80 000 km²) porte encore les stigmates de la série de tremblements de terre ayant fait 300 morts et laissé des centaines de personnes sans toit ou en situation précaire dans le centre de l’Italie entre 2016 et 2017. En 2017, la CEB a accordé un prêt de 350 millions d’euros à la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), la banque nationale de développement, pour financer les efforts de reconstruction, mais les avancées ont été ralenties par la difficulté d’accès aux zones sinistrées. Il y a également eu des difficultés administratives, mais la simplification et la rationalisation des procédures d’accès aux fonds disponibles ont permis d’accélérer les efforts de reconstruction depuis 2020. Au premier semestre 2022, environ 5 900 bâtiments ont été réhabilités, permettant à 14 000 familles de rentrer chez elles. Le prêt de la CEB a représenté 21% des fonds disponibles, et contribué au financement de 3 028 initiatives privées, principalement pour la reconstruction des logements sinistrés et la réparation des infrastructures professionnelles, avec une contribution moyenne de 115 000 euros par initiative. L’une des valeurs ajoutées évidentes de la CEB a été de fournir un financement rentable pour des investissements sociaux, ce qui a permis des économies substantielles de 32 millions d’euros pour le budget national.

Mais les cicatrices des tremblements de terre sont profondes, et il reste beaucoup à faire pour réhabiliter les zones sinistrées. Selon les estimations de 2022, les dépenses totales pour les réparations matérielles s’élèvent à 27 milliards d’euros, soit près de 10 milliards de plus que le montant estimé après la catastrophe, sans compter les dommages sociaux et culturels subis par les populations. C’est pourquoi le partenaire CDP a demandé un nouveau prêt de 350 millions d’euros, amenant le montant total depuis 2017 à 700 millions d’euros. Ce nouveau prêt financera jusqu’à 50% des sous-prêts éligibles en 2022-2024.

©CEB 2023

Publications associées
  • CEB Gov Report cover FR-HR.png
    Rapport du Gouverneur 2022
    Publié: avril 2023 Lire
Liens associés