La banque du développement social en Europe

Risque de liquidité

On appelle risque de liquidité le risque de pertes suite à l’incapacité pour la Banque d’honorer ses obligations de paiement dans le respect des échéances ou à un coût supportable.

La gestion du risque de liquidité est cruciale pour préserver la flexibilité financière de la CEB, en particulier lorsque des conditions de marché défavorables rendent le financement à long-terme sur les marchés difficile voire impossible.

La CEB maintient une approche prudente en matière de liquidité, en se dotant d’indicateurs qui mesurent ses besoins en liquidité à différents horizons temporels et en détenant suffisamment d'actifs liquides pour être en mesure de faire face à des conditions de marché extrêmes où elle devrait  poursuivre son activité tout en n’ayant pas accès au marché.

La stratégie de financement de la Banque consiste à éviter tout écart significatif entre les profils d’échéance contractuelle des actifs et des passifs ainsi qu’à diversifier les programmes d'émission, les marchés de financement et la base des investisseurs.

La Banque veille aussi à détenir une réserve de liquidité composée de titres liquides de haute qualité dont la valeur de marché et la liquidité seraient préservées dans des conditions de marché défavorables.

La CEB transpose son niveau de tolérance au risque de liquidité en indicateurs sûrs et exhaustifs assortis de limites appropriées. Les principaux indicateurs sont l'impasse de liquidité et les ratios de liquidité qui sont calculés dans des conditions de stress sévères. Dans cette optique, et bien qu'elle ne soit pas soumise au cadre réglementaire international, la CEB respecte les ratios de liquidité de Bâle III.

La période d’autosuffisance évalue la période pendant laquelle la Banque est en mesure de faire face à ses sorties nettes de trésorerie stressées découlant de ses activités courantes sans avoir à se refinancer ou à céder ou mettre en pension ses actifs liquides. L'Horizon de survie mesure la période pendant laquelle la Banque est capable de faire face à ses sorties nettes de trésorerie stressées découlant de ses activités courantes sans avoir à se refinancer mais en pouvant céder ou mettre en pension ses actifs liquides. Tout comme les indicateurs d'impasse de liquidité, les ratios de liquidité à court terme comparent les sources aux besoins de liquidité à divers horizons temporels allant de 1 mois à 1 an. Enfin, la CEB suit les exigences relatives au "Liquidity Coverage Ratio" (LCR) et au "Net Sable Funding Ratio" (NSFR).

Finalement, dans un contexte de transition vers des contrats de dérivés bilatéraux, la CEB a développé un modèle probabiliste basé sur des simulations de Monte Carlo pour quantifier les besoins de liquidité liés à une évolution défavorable de la valeur du portefeuille de dérivés.