La banque du développement social en Europe

Risque opérationnel

Le risque opérationnel est défini comme le risque de perte résultant d’une inadéquation ou d’une défaillance de procédures, de personnes ou de systèmes ou de la survenance d’événements extérieurs et y inclut le risqué juridique. En outre, la CEB prend en compte le risque de réputation lié à ses activités.

La Division des Risques Opérationnels coordonne la gestion quotidienne des risques opérationnels suivant une méthodologie prédéfinie. Des mesures de réduction des risques et les plans d’actions sont mis en place et gérés de manière centralisée à l’aide d’un outil informatique dédié.  

Le cadre de contrôles internes permanents a pour objectif d’assurer que les contrôles internes des métiers sont toujours appropriés en termes de design et d’efficacité.

Tous les processus opérationnels sont modélisés, en coopération avec les différents métiers, de façon à maintenir une cartographie détaillée des procédures et contrôles. 

La Politique de Gestion des Risques Opérationnels de la CEB définit la méthodologie pour identifier, mesurer, contrôler et rapporter les risques opérationnels. Elle établit les bonnes pratiques afin de s'assurer que les risques opérationnels sont gérés de manière efficace et constante au sein de la Banque. En outre, la CEB dispose d’un Plan de Continuité d’Activité (PCA) pour se prémunir contre une rupture de la continuité de ses activités.

Conformément aux recommandations Comité de Bâle, la CEB retient la méthode de l’indicateur de base (Basic Indicator Approach) pour le calcul de la charge en capital des risques opérationnels comparée aux capitaux propres prudentiels.