La banque de développement social pour l’Europe

Risque opérationnel

La CEB définit le risque opérationnel comme le risque de perte résultant d’une inadéquation ou d’une défaillance de procédures, de personnes ou de systèmes ou de la survenance d’événements extérieurs et y inclut le risque juridique. En outre, la CEB tient compte du risque de réputation lié à ses activités.

La Division des Risques Opérationnels coordonne, en étroite coopération avec les différents métiers, la gestion quotidienne des risques opérationnels. Le dispositif géré de manière centralisée permet l’évaluation des risques suivant une méthodologie prédéfinie, de mesures de réduction des risques et de plans d’actions. Le recueil et suivi des incidents de risques opérationnels garantit l'efficacité du cadre de contrôles complétant ainsi la cartographie et l’évaluation des risques.

Le dispositif de contrôles internes permanents a pour objectif d’assurer que l’environnement de contrôles de chaque direction est approprié en termes de design et d’efficacité; par un rapport annuel chaque métier confirme son efficience.

Par le biais de la modélisation des processus opérationnels, la Division des Risques Opérationnels maintient une cartographie détaillée des procédures et contrôles. 

En complément, le Plan de Continuité d’Activité (PCA) permet à la CEB de se prémunir contre une rupture de la continuité de ses activités.

La Politique de gestion des risques opérationnels codifie l'approche visant à l’identification, la mesure, le contrôle et le reporting des risques opérationnels. Les bonnes pratiques y sont définies pour assurer une gestion efficace et cohérente à travers toute la CEB.